Les sites commémoratifs dans les forêts de Zakrzewo et de Palędzie. Dans ces forêts, en 1939-1942, les occupants allemands ont assassiné plusieurs milliers de Polonais de la Grande Pologne lors d’exécutions massives et secrètes. Ils étaient : des insurgés de la Grande Pologne, des professeurs de l’Université de Poznań, des étudiants, des scouts, des enseignants, des membres du clergé, des propriétaires terriens, des fonctionnaires, des militants sociaux et politiques. Ils sont morts uniquement parce qu’ils étaient Polonais.

Des citoyens polonais ont été assassinés par des officiers des formations de police allemandes – Einsatzgruppen. Ils ont opéré dans le cadre d’une opération portant le nom de code „Tannenberg”. La tâche de ces formations était l’élimination physique des dirigeants polonais dans les premiers mois de la Seconde Guerre mondiale. À partir de 1940, les officiers de la Gestapo de Poznań ont mené les actions d’extermination. Les habitants allemands de Zakrzewo et de ses environs étaient les auteurs de ces meurtres.

Au milieu de 1944, afin de dissimuler les traces du crime, les corps des victimes ont été exhumés des tombes par les Allemands et brûlés sur des bûchers. Les restes ont été réinhumés dans des fosses communes. L’action a été menée par le Sonderkommando Legath allemand dans le cadre de „l’Action 1005”.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, dix-huit fosses communes ont été découvertes et identifiées dans les forêts de Palędzie, Dąbrówka près de Zakrzewo. Certaines d’entre elles sont commémorées. Ce sont : le quartier du clergé, le quartier des sept tombes, le quartier des étudiants de l’université de Poznań et le quartier  des oubliés. Le nombre exact de Polonais assassinés dans ces forêts est inconnu, on l’estime toutefois à plusieurs milliers.